Suunto s'engage à amener ce site Web au niveau AA de conformité aux directives d'accessibilité du contenu Web (Web Content Accessibility Guidelines, WCAG) 2.0 ainsi qu'à assurer sa conformité aux autres normes d'accessibilité. Adressez-vous au Service clients aux États-Unis au +1 855 258 0900 (appel gratuit) si vous rencontrez des problèmes pour accéder aux informations de ce site Web.

LIVRAISON OFFERTE À PARTIR DE $50 | RETOURS GRATUITS | INSCRIVEZ VOUS A NOTRE NEWSLETTER

Une introduction à la plongée : votre corps sous la ligne des 0 m

28 juin 2021

Nous avons conquis tous les territoires au-dessus de 0 m et en-dessous. Dans cet article, nous vous montrons et vous expliquons ce qui ce passe dans votre corps quand vous descendez dans les profondeurs de la mer. 

La plongée est une activité passionnante offrant des expériences mémorables que seul le milieu aquatique peut offrir. Toutefois, notre organisme, adapté à la vie terrestre, peut réagir négativement à la plongée si nous ne faisons pas attention. Nous allons détailler les aspects importants de la plongée pour que vous en profitiez au maximum.  

La pression change ; votre corps doit s'adapter.
La plongée expliquée simplement et rendue accessible : les algorithmes de plongée

La pression change ; votre corps doit s'adapter.

La pression ambiante fluctue constamment, que ce soit en randonnée en montagne ou en plongée dans l'océan. La pression change d'1 bar/14,7 PSI tous les 10 mètres et augmente bien plus vite sous l'eau, qui est plus dense que l'air. La pression que nous subissons sous l'eau, également appelée pression ambiante, est causée par le poids de l'eau. Plus nous plongeons profondément, plus la pression ambiante croît. À dix mètres de profondeur, la pression est déjà deux fois celle à la surface.

La tension dans les oreilles que l'on éprouve quand on décolle en avion est également ressentie lorsque l'on plonge au fond d'une piscine de trois mètres de profondeur. Quand un plongeur descend, la pression de son environnement augmente. Le changement de pression sous l'eau affecte les espaces qui renferment de l'air, tels que les oreilles, les sinus, le gilet de stabilisation et le masque. Mais ce sont les effets de la pression sur vos systèmes circulatoire et respiratoire qui sont à prendre le plus au sérieux, car ils peuvent entraîner des risques de santé majeurs.

Que se passe-t-il quand vous vous immergez dans l'eau ou que vous gravissez une montagne ? 

Notre organisme regorge de gaz dissous issus de l'air que nous respirons. Il consomme activement l'oxygène pour nous permettre de vivre. Les autres gaz, dits gaz inertes, tels que l'azote, ne sont pas utilisés par le corps mais emmagasinés dans le sang et les tissus. En plongée, la pression augmente, et le taux d'absorption de l'azote stocké dans les tissus s'élève. La quantité de gaz inerte dissoute dans le corps dépend de la pression ambiante. Pourquoi ne ressentons-nous pas cet effet ? Notre corps étant principalement composé de liquides, nous ne sommes pas exposés à la pression. Nous la ressentons néanmoins dans nos oreilles et nos sinus, qui renferment de l'air. 

Quand nous remontons d'une plongée, la pression ambiante diminue et l'azote dissous doit s'évacuer (désaturation). Tant que l'azote sort lentement et de façon contrôlée, sans grandes différences de pression, il n'y a pas de problème. Si la
pression diminue trop vite, l'azote sortira trop rapidement et entraînera un ADD, ou accident de décompression. 

La quantité de gaz dissous dans le corps dépend de la pression ambiante. Chaque gaz possède une pression partielle spécifique, et les pressions combinées des gaz dans notre corps restent en équilibre avec notre environnement. Lorsque vous vous trouvez à la meme altitude pendant une durée prolongée, votre corps se sature de gaz. Voici deux scénarios qui expliquent les changements qui se produisent dans votre corps :  

  • Si vous gravissez une montagne, la pression de l'air chute, et votre organisme renferme moins de gaz. Vos tissus sont, à ce stade, sursaturés par rapport à la nouvelle pression ambiante. Notre corps libère du gaz par la diffusion et la respiration pour revenir à l'équilibre, phénomène également appelé désaturation.
  • Lorsque vous descendez au niveau de la mer, puis sous l'eau, vous augmentez la pression du corps, permettant à davantage de gaz d'être transporté par le sang et les tissus. Encore une fois, pour égaliser les pressions, votre organisme puise davantage de gaz dissous dans l'air que vous respirez. On parle d'absorption de gaz, ou dissolution.

La même chose se produit-elle quand on remonte d'une plongée ? 

Si l'on remonte trop vite d'une plongée (faisant ainsi baisser la pression ambiante), les mécanismes naturels de désaturation sont surchargés. Les gaz dissous de notre organisme s'échappent trop vite, formant des bulles pouvant provoquer un accident de décompression. Il y a différents stades et formes d'ADD, et les symptomes peuvent aller de douleurs articulaires et irritations cutanées bénignes à des lésions nerveuses graves, voire la mort. Les symptômes de l'ADD peuvent apparaître alors que le plongeur est toujours sous l'eau, ou plusieurs heures après la remontée à la surface. Dans certains cas, les symptômes peuvent ne pas apparaître avant plusieurs jours. Néanmoins, la plupart des cas sont traitables, par exemple en caisson hyperbare (oxygénothérapie hyperbare).

imagetwlpb.png

La plongée expliquée simplement et rendue accessible.

Au fil des décennies, les ordinateurs de plongée se sont dotés d'algorithmes de plongée permettant de calculer combien de temps il est possible de rester sous l'eau avec un risque limité d'ADD. Un ordinateur de plongée connaît votre historique de plongée et calcule les limites de sécurité en temps réel grâce aux indicateurs suivants : profondeur, temps, mélange gazeux et facteurs personnels (le cas échéant). 

Qu'est-ce qu'un algorithme de plongée ?

Un algorithme de plongée est une formule mathématique théorique. Il ne mesure pas votre état physique effectif pendant la plongée. Nous sommes tous différents, et aucun ordinateur de plongée (à ce jour) ne peut mesurer la quantité de gaz inerte dans chaque tissu corporel. Chaque ordinateur de plongée a un niveau de conservatisme intégré pour minimiser le risque d'ADD. En changeant vos paramètres personnels, vous pouvez ajouter ou retirer des marges de sécurité à votre algorithme de plongée.

Que fait un algorithme de plongée ?

Les algorithmes sont conçus pour vous donner une estimation prudente de la durée pendant laquelle vous pouvez rester à différentes profondeurs sans risque d'ADD en tenant compte du temps écoulé, de la profondeur et du gaz dissous. Certains algorithmes offrent des temps de plongée plus long au prix d'une plus grande probabilité d'ADD, alors que d'autres limitent le temps de plongée pour ajouter une marge de sécurité à votre plongée.

Ils sont utilisés dans les ordinateurs de plongée selon la façon dont les gaz inertes sont absorbés par les tissus du plongeur et dissous. Deux modèles de décompression sont le plus couramment utilisés : le modèle par perfusion, ou modèle de Haldane et les modèles par diffusion, appelés VPM et RGBM. 

  • Le premier est basé sur les travaux de J.S Haldane. Selon sa théorie, le corps est divisé en compartiments (tissus) théoriques qui absorbent et libèrent le gaz inerte à différents débits. Cette théorie repose sur l'évitement de la formation de bulles en contrôlant l'absorption et la libération dans différents compartiments théoriques. Le Bühlmann ZHL- 16C est un algorithme couramment utilisé qui suit les principes du modèle par perfusion.
  • Le second modèle de décompression couramment utilisé part du principe que la formation de bulles sera toujours présente, et la clé est de contrôler la taille des bulles formées. Suunto Fused™ RGBM 2 a été développé avec le Dr. Bruce Wienke pour combiner les avantages du modèle VPM avec les derniers travaux RGBM du Dr. Wienke. 

Que devriez-vous faire ? 

La chose importante à retenir de cet article est que chaque plongeur et chaque plongée sont différents, tout comme les hypothèses sous-jacentes de ce sport incroyable. Au final, c'est vous, le plongeur, qui déterminerez vos marges de sécurité et choisirez le modèle théorique que vous utiliserez en plongée, et ces décisions dépendront de votre entraînement, de votre expérience, et en fin de compte, de vos préférences. Prenez le temps de découvrir le monde sous-marin en sécurité, vous ne serez pas déçu.