Suunto s'engage à amener ce site Web au niveau AA de conformité aux directives d'accessibilité du contenu Web (Web Content Accessibility Guidelines, WCAG) 2.0 ainsi qu'à assurer sa conformité aux autres normes d'accessibilité. Adressez-vous au Service clients aux États-Unis au +1 855 258 0900 (appel gratuit) si vous rencontrez des problèmes pour accéder aux informations de ce site Web.

INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER | RETOURS GRATUITS

Suunto Vyper Novo Guide d'utilisation -

Suunto RGBM

Le développement du modèle de décompression de Suunto prend ses origines au début des années 1980 lorsque Suunto a intégré le modèle de Bühlmann sur les valeurs M de Suunto SME. Depuis lors, la recherche et le développement ont poursuivi leur cours avec l'aide d'experts internes et externes.

À la fin des années 1990, Suunto a intégré le modèle de bulles RGBM (Reduced Gradient Bubble Model) du Dr Bruce Wienke pour travailler avec l'ancien modèle de valeur M. Les premiers produits commerciaux disposant de la fonctionnalité étaient les modèles iconiques Suunto Vyper et Suunto Stinger. Avec ces produits, l'amélioration de la sécurité des plongeurs a été significative, ceux-ci ayant soumis des situations de plongée variées à l'extérieur de la plage de modèles à gaz dissous par les moyens suivants :

  • La surveillance continue de plongées durant plusieurs jours
  • L'enregistrement précis de plongées successives
  • La réaction à une plongée plus profonde que la précédente
  • L'adaptation à de rapides remontées produisant une haute accumulation de microbulles (bulles silencieuses)
  • L'incorporation de la cohérence avec les lois physiques et les cinétiques de gaz réels

Le Suunto RGBM permet de connaître les gaz dissous et libres présents dans le sang et les tissus du plongeur. Il s'agit d'une avancée significative dans les modèles de John S. Haldane, qui ne permettent pas de connaître les gaz libres. Le Suunto RGBM constitue une sécurité supplémentaire en raison de sa capacité à s'adapter à une diversité de situations et de profils de plongée.

La sécurité du plongeur

Étant donné que le modèle de décompression est purement théorique et ne surveille pas le corps du plongeur, aucun modèle de décompression ne peut garantir une absence totale de risques d'ADD. D'une manière expérimentale, il a été démontré que le corps humain s'adapte à la décompression à un certain degré lorsque la plongée est fréquente et constante. Des ajustements personnels sont disponibles pour les plongeurs qui plongent constamment et peuvent accepter davantage de risques.

ATTENTION:

Utilisez toujours les mêmes ajustements personnels et d'altitude pour la plongée à réaliser et pour la planification. Augmenter la valeur d'ajustement personnel par rapport à la valeur planifiée et augmenter l'altitude peut mener à des durées de décompression plus longues à des profondeurs plus importantes et ainsi nécessiter une quantité de gaz plus importante. Vous pouvez vous retrouver à court de gaz respiratoire sous l'eau lorsque l'ajustement personnel a été modifié après la planification.

Plongée en altitude

Par rapport au niveau de la mer, la pression atmosphérique est inférieure à de hautes altitudes. Après avoir voyagé à une altitude plus importante, votre corps contiendra une quantité supplémentaire d'azote, une situation différente de l'équilibre à basse altitude. Cet azote « supplémentaire » est progressivement dégagé, jusqu'au retour à la situation d'équilibre. Il est recommandé de vous acclimater à votre nouvelle altitude en patientant au moins trois heures avant de plonger.

Avant toute plongée à haute altitude, vous devez ajuster le réglage de l'altitude de votre ordinateur de plongée de manière à ce que les calculs prennent en compte la haute altitude. Les pressions partielles maximales d'azote autorisées par le modèle mathématique de l'ordinateur de plongée sont réduites en fonction de la pression ambiante plus faible.

Ainsi, les limites sans paliers de décompression autorisées sont considérablement réduites.

AVERTISSEMENT:

RÉGLEZ CORRECTEMENT L'ALTITUDE ! Lors de plongées en altitudes supérieures à 300 m (1 000 pieds), le paramètre d'altitude doit être correctement configuré afin que l'ordinateur puisse calculer l'état de décompression. L'ordinateur de plongée n'est pas conçu pour être utilisé à des altitudes supérieures à 3 000 m (10 000 pieds). Un mauvais réglage des ajustements d'altitude ou une plongée au-delà des limites d'altitude maximales entraînera des erreurs de planification et de plongée.

Exposition à l'oxygène

Les calculs de l'exposition d'oxygène sont basés sur les principes et tables de limites de durée d'exposition approuvés.

L'ordinateur de plongée calcule séparément la toxicité de l'oxygène sur le système nerveux central (SNC) et la toxicité pulmonaire, qui est mesurée par l'addition d'unités de toxicité de l'oxygène (UTO).

Les deux fractions sont présentées de manière à ce que l'exposition tolérée maximale du plongeur pour chacune corresponde à 100 %.

Suunto Vyper Novo n'affiche pas CNS% ou OTU%, mais plutôt la valeur la plus importante des deux dans le champ OLF% (OLF%). OLF% La valeur (OLF%) représente la fraction limite d'oxygène ou l'exposition de toxicité d'oxygène.

Par exemple, lorsque l'exposition tolérée maximale d'un plongeur pour CNS% est de 85 %, et que l'exposition tolérée maximale pour OUT% est de 80 %, le champ OLF% (OLF%) affiche la valeur la plus importante des deux, soit 85 %.

Les informations liées à l'oxygène affichées sur l'ordinateur de plongée sont également conçues pour s'assurer que tous les avertissements et affichages se déclenchent dans les phases clés de la plongée.

AVERTISSEMENT:

LORSQUE LA TOXICITÉ DE L'OXYGÈNE INDIQUE QUE LA LIMITE MAXIMALE EST ATTEINTE, VOUS DEVEZ IMMÉDIATEMENT PRENDRE DES MESURES POUR RÉDUIRE L'EXPOSITION À L'OXYGÈNE. Ne pas prendre les mesures nécessaires pour réduire l'exposition à l'oxygène après avertissement CNS/OTU peut rapidement augmenter les risques de toxicité de l'oxygène, de blessures ou de décès.

Sommaire